NEWSLETTER N°18 – AVRIL 2018

Editorial

Le pardon

Très lié à l’amour, le pardon est la plus belle chose qui vous a été donnée dans ce monde. Il permet de solutionner les événements les plus difficiles de votre vie et ainsi de pouvoir poursuivre votre chemin malgré les agressions, les dévalorisations ou les humiliations dont vous avez été victime.

Si vous avez des difficultés à pardonner – ce qui est souvent logique selon les événements – posez-vous la question de savoir ce que vous avez à perdre en pardonnant ? Mais aussi, ce que vous avez à gagner en pardonnant ? C’est alors que vous vous rendrez compte que le pardon vous permettra de vivre à nouveau sereinement et dans l’harmonie. Vous ferez la paix avec votre passé. Celui-ci ne vous dérangera plus.

Il se peut que vous ayez déjà tenté de pardonner. Mais celui-ci est-il véritablement réalisé au fond de votre cœur ? Car bien souvent nous pardonnons avec notre esprit et non avec notre cœur. Vous pouvez le savoir en repensant à la personne (ou en la revoyant). Vous observerez aussitôt si vous lui portez toujours de la rancune pour ce qu’elle a fait.

Car le pardon véritable n’est pas toujours chose aisée.

La première chose à comprendre est : quoique vous ayez subi, vous êtes toujours la même personne. Votre valeur n’a pas changé.

Ensuite, il faut vouloir pardonner. Cette étape est indispensable, mais demeure intellectuelle. En répétant cette intention, elle finira peu à peu à s’enfoncer dans votre conscience puis dans votre cœur.

Mais il y a des actes terribles très difficiles à pardonner comme une agression, un meurtre ou un viol. C’est très compréhensible. Alors, demandez l’aide d’une puissance supérieure pour réaliser ce pardon, comme Dieu, les Guides de lumières, un Saint, la Vie… selon vos croyances. Ainsi, Jésus n’a jamais demandé à son Père la force de pardonner. Il a dit : « Père, pardonne-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font ». Il a placé le pardon sur un autre plan. Ce n’est pas lui qui a pardonné, mais Dieu, l’univers, la vie… qui a pardonné pour lui. Cette dernière voie permet de transcender bien des situations difficiles et ainsi de reprendre le chemin de son existence.

Luc Bodin

« Pardonnez toujours à vos ennemis, rien ne les embête plus. » – Oscar Wilde

Le monde du visible

« Créer le monde que nous voulons est bien plus puissant que de détruire celui dont nous en voulons plus ».

Rajeunir c’est possible !

A l’exemple des peuples où le vieillissement était retardé, il est facile de prolonger les années en bonne santé : une bonne alimentation, un mode de vie sain, un état d’esprit positif, un but dans sa vie, le développement d’une certaine spiritualité… Tout cela contribue à maintenir une bonne santé de manière durable. Vous noterez que l’alimentation est un des facteurs, mais n’est pas le seul. D’ailleurs, il est loin d’être l’essentiel ! Maintenant, est-ce que cette santé conservée s’accompagne d’un prolongement de l’espérance de vie ? La réponse est positive, selon une étude récente qui a démontré que la longévité pouvait augmenter jusqu’à 12 ans chez les hommes et 14 ans chez les femmes simplement en suivant une bonne hygiéne de vie » (référence : « Les 5 conseils clés pour accroître sont espérance de vie » par Damien Mascret http://plus.lefigaro.fr/page/damien-mascret du 02/05/2018).

De nombreuses études ont démontré qu’un mode de vie et de pensée délétère contribuait à l’ouverture (l’expression) de gènes de la maladie. Mais ce qui a été fait peut être défait. Car un mode de vie et de pensée sain fermera les gènes nuisibles pour ouvrir ceux de la santé et de la longévité comme l’a démontré l’étude GEMINAL [1] parue dans « Proceeding » de l’Académie des Sciences Américaines. Ainsi, même à l’état génomique, tout est entre nos mains.

Les travaux du Professeur Mina Bissel du Laboratoire Lawrence de Berkeley ont montré l’importance du milieu extracellulaire dans la formation et le développement des tumeurs. Le Pr Bissel affirme que « le micro-environnement dans lequel se développe le cancer domine le gène cancérigène lui-même »[2]. Ainsi, des modifications dans les protéines extracellulaires seraient à l’origine de l’instabilité génétique des cellules mammaires favorisant ainsi leur cancérisation. Et le Pr Bissel d’ajouter que « des cellules tumorales avec un génome anormal devraient pouvoir redevenir normales lorsqu’on les cultive dans un micro-environnement sain ». C’est ce qu’elle a démontré sur des cultures de cellules malignes. En d’autres termes, des modifications favorables de l’environnement extracellulaire permettraient la réparation des cellules cancéreuses entraînant leur retour à la normale[3]. Or, ce milieu extracellulaire dépend exclusivement du mode de vie et de pensée. Un mode de vie et de pensée malsain peut favoriser le développement d’un cancer, alors qu’une vie saine peut le faire régresser.

L’être humain serait programmé pour vivre 120 ans. L’idéal serait de mourir à cet âge de l’usure normale de son corps et non de maladie. Mais aujourd’hui, la recherche actuelle présente des ambitions bien supérieures à cet objectif. Elle fait d’ailleurs des progrès extraordinaires grâce à la technologie, les cellules souches, les imprimantes 3D, les manipulations sur l’ADN, etc. comme nous l’avons évoqué dans notre précédente newsletter. Mais derrière les traitements des maladies, se profile une recherche bien plus importante portant sur le rajeunissement voire sur l’immortalité. Les transplantations de cerveau ou de tête permettraient de changer de corps (clones, humanoïde ou autre) lorsque celui-ci deviendrait vieux, malade ou grabataire… Ceci n’en est qu’un exemple des pistes à l’étude.

Lire la suite de notre article, ci-dessous.


[1] GEMINAL : Gene Expression Modulation by Intervention with Nutrition And Lifestyle.

[2] Journal Le Monde du 29 juin 2012.

[3] Quotidien du Médecin  n°7523 – mardi 20 avril 2004 – communication lors de la session de l’American Association of Anatomsis du Congrès Esperimental Biology 2004.

« On en voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux. » Saint Exupéry

Rajeunir c’est possible (suite)

Les télomères sont des structures situées à l’extrémité des chromosomes. Ils raccourcissent à chaque division cellulaire. Lorsqu’ils sont devenus courts, la mitose n’est plus possible ce qui favorise la détérioration cellulaire, le vieillissement et la maladie. La préservation des télomères est donc importante pour notre santé et notre longévité. Or, certains comportements, notamment la compassion et la bienveillance[1], favorisent l’augmentation – ou du moins la non-réduction – de la longueur des télomères. Mais aussi certaines substances comme l’extrait d’astragale 8/250 et l’épitalon seraient capables d’activer la télomérase, enzyme responsable du rallongement des télomères.

Les chercheurs du Gene Expression Laboratory au sein du Salk Institute for Biological Studies situé à La Jolla, en Californie (Etats-Unis) ont réalisé une étude passionnante parue dans la revue scientifique Cell[2], démontrant que le vieillissement n’était pas irréversible : « Notre étude montre que le vieillissement n’est pas obligé de fonctionner dans une seule direction. Avec une modulation prudente, il peut être inversé. » explique l’un des principaux auteurs, Juan Carlos Izpisua Belmonte. Le vieillissement ne serait pas la conséquence d’une usure physique, mais il procéderait d’une sorte d’horloge génétique interne. La méthode utilisée pour cette expérience a consisté à « rembobiner » cette horloge cellulaire mais sans faire revenir à l’état de cellules souches. Les résultats sur la souris ont montré un meilleur état cardiovasculaire, une colonne vertébrale redressée, une apparence plus “jeune”, une guérison plus rapide en cas de blessure et une durée de vie prolongée de 30%…. De quoi faire rêver ! Les applications chez l’homme prendront encore des années. Mais ces chercheurs ont démontré que le vieillissement n’est pas une fatalité… ce qui nous ouvre bien des perspectives.

Tsiang Kan Zheng, spécialiste des transmissions énergétiques et informationnelles, a soumis des souris âgées à un rayonnement bio-électromagnétique d’ultra hautes fréquences (U.H.F.) provenant de jeunes plantes et d’embryons animaux sur des vieilles souris. Il observa alors un rétablissement des fonctions sexuelles chez 30 % de celles-ci, la prolongation de la durée de vie chez 50 %, ainsi qu’une amélioration des mouvements et de l’activité physique chez 70 %. Tout ceci ouvre toute grande la porte à des applications sur la guérison de maladie ou le rajeunissement des organismes[3], et cela uniquement grâce à un transfert d’informations portées par des vibrations.

Ainsi la recherche est en marche… des découvertes extraordinaires nous attendent, tout comme des progrès impressionnants dans le traitement des maladies… Tout ceci est magnifique. Mais cette recherche du Graal, c’est-à-dire de l’immortalité qui devient presque à notre portée aujourd’hui, ne risque-t-elle pas de nous faire perdre l’essentiel… c’est-à-dire notre humanité ?


[1] E A Hoge, M M Chen, E Orr, C A Metcalf, L E Fischer, M H Pollack, I Devivo, N M Simon, Loving-Kindness Meditation practice associated with longer telomeres in women, Brain Beav Immun. 2013 Apr 19. Epub 2013 Apr 19.

[3] www.lespasseurs.com – Morpheus n°10.

Les aphtes

Les aphtes sont ces petites ulcérations douloureuses qui apparaissent sur la muqueuse buccale. Quelques solutions simples permettent de soulager et de traiter un aphte.

Les anciens guérisseurs appliquaient de la propolis sur les aphtes avec le doigt. Aujourd’hui, d’une manière plus élégante, il suffit de tremper un coton-tige dans de la propolis et d’en badigeonner l’aphte. Cela pique un peu au début, puis le soulagement arrive rapidement.

Une autre solution consiste à faire des bains de bouche après les trois repas, avec de l’Aspirine diluée dans un verre d’eau. Le produit sera gardé en bouche pendant une ou deux minutes en insistant sur les zones où se trouvent les aphtes. Il faudra ensuite le recracher et surtout éviter de l’avaler. A défaut d’Aspirine, vous pouvez laisser fondre une cuillère à café de sel de mer non raffiné dans un verre d’eau bouillie et refroidie, que vous ferez là encore en bains de bouche.

Enfin en cas d’aphtes persistants ou récidivants, il faut prendre de la vitamine PP (ou nicotinamide ou encore vitamine B3) éventuellement sous forme de levure de bière. Dans les cas importants, une mycose pourra être évoquée. Il conviendra dans ce cas de consulter un médecin.

“Tout ce qui exsite a commencé par un rêve”.

Le monde de l’invisible

« Aime-moi lorsque je le mérite le moins, c’est alors que j’en ai le plus besoin ». Proverbe chinois

Une greffe de cerveau

J’ai lu dans un livre (dont j’ai perdu les références, désolé) une histoire que je pense fausse mais qui est très intéressante. Elle pourrait sans aucun doute survenir lors des prochaines greffes de tête ou de cerveau.

L’histoire raconte que le Pr Christiaan Barnard, premier chirurgien à avoir effectué une greffe de cœur, se serait lancé dans une greffe de cerveau… ce qui représentait pour lui, le fin du fin de la chirurgie. Pour cela il prit le cerveau de Mr A. dont le corps était malade, et le greffa dans le corps de Mr B. dont le cerveau était détérioré et non l’organisme. Le lendemain de l’intervention, le Pr Barnard entra dans la chambre de son malade et lança : « Bonjour, Mr A. ! » Car pour lui la conscience se trouvant dans le cerveau, l’être qui était dans le lit, ne pouvait être que Mr A. Mais à sa grande surprise, le malade dans le lit, lui répondit : « Mais qui est Mr A. ? Moi, je suis Mr B. ! » Or si nous considérons que la conscience ne se trouve pas dans le cerveau mais dans les corps subtils, la greffe de cerveau dans le corps de Mr B. a permis à celui-ci de reprendre le contrôle de son corps. Le cerveau n’étant qu’un intermédiaire entre la conscience (située dans les corps énergétiques) et le corps physique.

« Les miracles ne sont pas en contradiction avec la nature, ils sont en contradiction avec ce que nous savons d’elle ». Saint Augustin

Les entités

Il n’a pas été facile pour un médecin d’accepter l’idée qu’une entité puisse être responsable de troubles physiques. Il a fallu que je le vive pour en prendre conscience.

Les événements se déroulèrent alors que j’exerçais encore. Je souffrais d’une douleur persistante au niveau de mon trapèze gauche. Je la négligeais me disant que cela finirait bien par passer tout seul. Mais elle perdurait. Jusqu’au jour où j’ai emmené des amis en voiture à une réunion. Je conduisais et sentais toujours cette gêne dans mon épaule. Puis, d’un seul coup, je sentis la douleur disparaître et mon muscle se détendre sans que je ne fasse rien. J’allais le dire aux amis qui m’accompagnaient, lorsque la femme derrière s’est écriée : « Aie, aie, mon épaule ! » Je compris ce jour-là que quelque chose avait habité mon trapèze et qu’elle avait sauté sur la personne à côté de moi. C’est ainsi que je découvris les entités.

Cette notion va complètement à l’opposé de tout ce que j’avais appris à la faculté médecine. Mais là, j’ai bien été obligé de reconnaître l’existence des entités. Cependant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : toutes les douleurs ne proviennent pas d’entités. Cependant, il est fréquent aujourd’hui (mais non obligatoire) que des entités produisent ou aggravent un trouble physique.

La définition d’une entité est « l’essence d’un être ». Une autre, plus explicite, dit : « forme de conscience autonome qui n’est pas incarné dans un corps matériel ».

Il existe de nombreuses sortes d’entités. Certaines sont bienveillantes alors que d’autres sont neutres et d’autres encore franchement malveillantes. Nous pouvons parler de miasmes, de parasites, de sangsues, de djinns, d’élémentaux, de génies des lieux et des éléments, de hiérarchies et bien sûr d’êtres désincarnés.

La différence entre une bonne et une mauvaise entité, est simple. Les mauvaises entrent dans le corps physique ou les corps subtils sans y être invitées pour profiter, voire dominer ce corps. Les bonnes en viennent que si la personne est d’accord et elles repartent une fois leur « travail » effectué.

Des techniques simples existent maintenant basées sur la transmutation énergétique et l’amour pour envoyer ce petit monde dans la lumière. Le temps du combat est aujourd’hui révolu. Fort heureusement…

« Si tu n’es pas toi-même, qui pourra l’être à ta place ? ». Henri David Thoreau

Le monde du spirituel

« Quand vous donnez de vous, alors seulement, vous donnez vraiment ». – Khalil Gibran

L’épiphyse

L’épiphyse ou glande pinéale ne doit pas être confondue avec l’hypophyse ou glande pituitaire. Il s’agit d’une petite glande située sous le cerveau à peu près au centre géométrique de la tête. Elle permet la fabrication de la mélatonine, un neurotransmetteur important qui permet le sommeil. Cette hormone aurait des implications également dans l’immunité, la sexualité, le cycle circadien et les activités antioxydantes.

Pour les anciens, elle est le siège de l’âme. Elle est reliée avec les yeux (miroirs de l’âme) et le chakra coronal (et non le chakra frontal comme cela est généralement avancé). Elle est souvent représentée sous la forme d’une pomme de pin. Elle est très importante pour l’ouverture de la conscience sur la spiritualité et le Divin.

L’épiphyse est constituée de petits cristaux d’apatite baignant dans un liquide fluide. Ces cristallisations vibrent et sont ainsi capables de capter les ondes électromagnétiques extrêmement ténues provenant de l’univers, du monde spirituel, des Guides et autres Êtres de lumière.

Le problème est que cette glande se trouve très souvent entartrée notamment par les fluorures se trouvant dans les pâtes à dents, l’eau du robinet dans certains pays, certains aliments, certains médicaments, etc. Personnellement, je pense que les champs électromagnétiques artificiels dans lesquels nous baignons, perturbent aussi la réception de ces ondes de fréquences élevées… probablement également d’autres pollutions comme certains métaux lourds.

Quoiqu’il en soit, l’encrassement de cette glande est extrêmement fréquent, pour ne pas dire général. Il coupe les êtres humains de la partie la plus élevée de leur être mais aussi des contacts avec le monde spirituel.  Privés de cette source merveilleuse, nous comprenons pourquoi le matérialisme a pris un tel essor aujourd’hui… Or, la plupart des personnes ne sont pas heureuses dans cette société pour la simple raison qu’elles ont perdu ce qui faisait d’elles des êtres de lumière.

Un bon thérapeute énergéticien est capable d’aider les personnes à détartrer leur épiphyse, mais combien de temps, ce nettoyage perdurera dans le monde qui nous entoure ?

« Tant que l’âme, le corps et l’esprit sont en harmonie, rien ne peut nous affecter ». Dr Bach

Une leçon d’économie

Cela se passe dans un village qui vit du tourisme. Sauf qu’à cause de la  crise il n’y a plus de touristes et tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre.

Plusieurs mois passent, misérables.

Arrive enfin un touriste qui prend une chambre. Il la paie avec un billet de 100 €. Le touriste n’est pas plutôt monté dans sa chambre que l’hôtelier court porter le billet chez le boucher, à qui il doit justement cent euros.

Aussitôt payé, le boucher va porter le même billet au paysan qui l’approvisionne en viande.

Le paysan, à son tour, se dépêche d’aller payer sa dette à la prostituée à laquelle il doit quelques passes.

La prostituée boucle la boucle en se rendant à l’hôtel pour rembourser l’hôtelier qu’elle ne payait plus quand elle prenait une chambre à l’heure.

Comme elle dépose le billet de 100 € sur le comptoir, le touriste arrive pour dire à l’hôtelier qu’il n’aimait pas sa chambre et n’en voulait plus. Il ramasse alors le billet et s’en alla.

« C’est une erreur de croire nécessairement faux, ce que l’on en comprend pas ». Gandhi



0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *