La transmission des maladies : un phénomène épigénétique

L’épigénétique explique que le style de vie et les événements de la vie modifient l’expression des gènes c’est-à-dire les ouvrir ou les fermer avec tous les intermédiaires possibles entre ces deux extrêmes.

Avec moins de 30.000 gènes, le génome humain est moins important que celui de certaines plantes. Ces seuls chiffres démontrent bien que les gènes ne suffisent pas à eux seuls à expliquer toute la complexité de l’être humain. L’hérédité est donc plus que les gènes… Elle dépendrait en fait, de l’inhibition ou de l’activation (avec tous les intermédiaires possibles entre ces deux extrêmes) de certains gènes.

L’épigénétique correspond à un interrupteur des gènes qui serait ouvert ou fermé à des degrés divers.

 

Le stress, la pollution et l’environnement, l’alimentation ou la famine, le tabac, les vécus personnels ainsi que les fécondations in vitro (FIV) seraient capables d’activer ou d’inhiber certains gènes. Ainsi le stress des victimes de l’holocauste s’est transmis aux enfants des victimes. De même, le stress d’une femme pendant la grossesse, va activer l’interrupteur d’un gène qui se transfèrera à l’enfant. Mais aussi le choc du 11 septembre se transmettra obligatoirement aux générations suivantes.

Une étude nordique a établi que des périodes de famine vécues chez les grands parents pendant leur croissance, entraînaient des diabètes chez leurs petits enfants. Il ont aussi démontré que le mode de vie des Grands Parents (pollution, tabac, famine, stress) se répercutait sur l’espérance de vie de leurs descendants. Ces modification génétiques se produisent essentiellement lors de la formation des ovocytes et des spermatozoïdes, c’est à dire chez la femme pendant sa vie intra-utérine (avant sa naissance) et chez l’homme en début de puberté.

Les études sur l’animal ont démontré que les transformations génétiques produites par les pesticides chez les femelles souris était transmissibles sur plusieurs générations à leurs descendants. Elles sont donc héréditaires, c’est à dire que l’ouverture ou la fermeture des gènes est héréditaire. Ces modifications génétiques pourraient ainsi être capables par exemple d’induire de génération en génération des cancers de la peau, de la prostate, à cause les pesticides consommés chez la grand-mère souris.

Cette nouvelle notion qu’est l’épigénétique, est très importante si on tient compte de tous les stress, polluants, drogues, tabac et alcool consommés par les jeunes et les femmes en âge de procréer. Les modifications alors engendrées mettraient en cause non seulement leurs enfants mais aussi toute leur descendance… Les répercussions sont difficilement calculables. Par ailleurs, l’épigénétique serait à rapprocher de la psychogénéalogie. Elle pourrait expliquer pourquoi certains phénomènes se retrouvent de génération en génération au sein d’une même famille.



0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *