NEWSLETTER N°5 – SEPTEMBRE 2016

Editorial

Nous vivons une époque formidable

Dire que nous vivons actuellement une époque formidable, va certainement vous sembler complètement fou, utopiste voire imbécile ! J’en ai bien conscience. Car il suffit d’écouter les informations pour constater tous les problèmes économiques et sociaux, tous les conflits, tous les attentats et tous les désordres écologiques qui sévissent  partout sur la Terre, pour s’en rendre compte.

Pourtant tout ceci ne constitue qu’une facette de la réalité, celle qui nous est serinée quotidiennement et qui crée tant de mal-être et de dépression dans les esprits. Car un aspect de l’actualité montre que des découvertes et des avancées extraordinaires sont réalisées aujourd’hui dans tous les domaines. Nous avons ainsi à notre disposition un nombre considérable de chaînes de télévision et de radios. Nous disposons de moyens de communication nous permettant d‘échanger à tout instant avec des personnes vivant à l’autre bout de la planète. Internet est une source incroyable d’informations mises à la disposition de tous. La physique quantique est en train de révolutionner notre vision du monde et de nous-même, démontrant que notre corps et notre esprit fonctionnent sur un mode quantique. La médecine est sur le point de trouver le secret de la jeunesse et de l’immortalité. Nous découvrons aussi les potentialités infinies de notre pensée et de nos intentions sur notre existence.

Tout cela ne sont que quelques exemples parmi des milliers d’autres. Mais le plus beau reste à venir… Car actuellement la vibration de notre système solaire monte de manière vertigineuse, ce qui va porter les êtres humains vers une conscience élevée. Nous vivons actuellement ce passage. Ce phénomène explique ce mal-être que nous ressentons tous et qui est dû aux tensions entre les énergies basses – de l’ancien temps – faites de peurs, d’insécurité et de haine, face à ces nouvelles énergies qui nous poussent vers des idéaux élevés faits de confiance, de partage, d’évolution personnelle, de compassion et d’amour.

Or, ce passage bien que délicat, va bien se dérouler, soyez en assuré. Car cette élévation des consciences va transformer immanquablement les esprits et les pousser vers de nouveaux paradigmes qui vont s’imposer en temps utiles comme des évidences. Donc, quoique vous entendiez, demeurez dans la confiance, demeurez dans votre intégrité et vibrez dans l’amour… alors tout se passera au mieux.

Le monde du visible

« Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages ! » Barbey d’Aurevilly

La coopération dans l’évolution  

Onze adultes chimpanzés furent placés face à un problème dont la résolution nécessitait la collaboration de plusieurs d’entre eux[1]. L’expérience consistait à devoir lever une barrière pendant qu’un congénère tirait le plateau contenant de la nourriture. Au total 3 565 actes de coopération ont été enregistrés pendant les 96 cessions d’une heure réalisées. Ainsi la coopération chez les chimpanzés semble être préférée à la compétition.

Il est d’ailleurs très probable que cette notion de coopération a largement prévalu dans l’évolution générale des espèces sur cette Terre et non la compétition comme cela nous est avancé habituellement. Je ne citerai qu’un seul exemple : la création de la première cellule qui a nécessité l’association d’espèces très différentes pour en arriver à la création de mini-aquariums (les cellules) qui ont permis la survie de tous. Si la compétition avait prévalu, les différentes espèces se seraient entredévorées, entrainant la mort de tous.

Il semble donc logique de penser que la coopération a prévalu dans l’évolution de la vie sur Terre, la destruction (compétition) étant reléguée au rang de régulateur des espèces.

L’étrange maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est attribuée à des lésions spécifiques du cerveau : plaques amyloïdes, dépôts neurofibrillaires et atrophie cérébrale. Mais à l’autopsie, il a été noté que des personnes présentaient ces anomalies sans aucunement souffrir d’Alzheimer durant leur vie !

Parmi mes patients, j’ai remarqué que certains d’entre eux retrouvaient toutes leurs facultés pendant des sortes d’éclaircies, qui duraient généralement quelques heures tout au plus. Mais cela m’interrogea. Car les lésions cérébrales n’avaient pas disparu pendant ce lapse de temps, et pourtant, ces personnes avaient retrouvé toute leur conscience… Aussi, je me suis toujours dit que s’il était possible à ces malades de retrouver leurs esprits pendant une heure, pourquoi pas pendant une journée, un mois ou définitivement ?

C’est ainsi qu’un homme atteint de cette maladie voit ses symptômes s’atténuer lorsqu’il s’adonne à sa passion : la chant[2]. J’ai personnellement constaté aussi ce phénomène en diffusant de « bons vieux Tino Rossi » à des personnes atteintes de cette maladie prétendument irréversible.

Pour ma part, je tends à penser que le processus générant la maladie d’Alzheimer est davantage psychologique que neurologique. En effet, il arrive souvent un moment dans la vie de ces personnes où elles ont un important sentiment d’échec de leur vie ou/et qu’elles ne se reconnaissent plus dans la vie actuelle. Aussi préfèrent-elles partir et s’enfermer dans le passé en refusant le présent. C’est ce qui expliquerait ces éclairs de lucidité, lorsque nous arrivons à réactiver leurs bons souvenirs passés.

Bien dans ses jambes

Les lourdeurs de jambes, les gonflements et les veines dilatées sont le premier stade d’une insuffisance veineuse, une maladie qui continuera inexorablement à évoluer pendant toute la vie, si rien n’est fait pour l’arrêter ou du moins la freiner.

La maladie veineuse se déroule en deux temps :

  • Le premier temps voit surtout une dilatation veineuse responsable des symptômes précédemment évoqués. Il est simple d’y remédier à l’aide de veinotoniques (Cyclo 3, Daflon, Ginkor fort…), de plantes (hamamelis, aesculus, ruscus aculeatus…), de nutriments (antioxydants, zinc, silicium, oméga 3, vitamine C) ou d’huiles essentielles (cèdre de Virginie, cyprès, hélichryse…)… associés à une activité physique régulière, des massages et une bonne hygiène alimentaire.
  • Ensuite – surtout si rien n’a été fait – les fibres musculaires des parois veineuses se rompent sous l’effet de la dilatation, entrainant des varicosités, des varices et des troubles cutanés. A ce stade, les traitements médicamenteux ne seront plus efficaces. Il faudra alors avoir recours aux scléroses, voire aux interventions chirurgicales ou au port de bas de contention.

Or, comme le dit le proverbe chinois : « Il ne faut pas attendre d’avoir soif pour creuser un puits » ; de la même manière, il ne faut pas attendre que le problème veineux s’aggrave pour réagir et commencer à prendre régulièrement des remèdes pour soulager la lourdeur de jambes et tonifier les veines afin d’éviter ou limiter la survenue de varicosités et de varices.

Le monde de l’invisible

« Nos actes ne sont éphémères qu’en apparence. Leurs répercussions se prolongent parfois pendant des siècles. La vie du présent tisse celle de l’avenir. » Le Bon

De Aloha à Ho’oponopono nouveau

Ces dernières années, j’ai eu l’immense plaisir de voyager plusieurs fois à Hawaï et en Polynésie… ces régions merveilleuses dont tout le monde rêve. Je voulais notamment y approfondir mes connaissances sur Ho’oponopono. C’est ainsi que j’ai découvert le véritable « esprit Aloha » qui accueille chaque visiteur selon ce qu’il a dans le cœur et non les apparences. Aloha signifie « Bonjour », mais c’est également bien davantage que cela. Il exprime aussi : «  Bonjour, je t’aime » ou encore « Bonjour, je prends en considération ta présence et ce que tu es, sans jugement, ni attente ».

Cet esprit peut se résumer ainsi :

  • une vie Pono, c’est-à-dire faite de droiture et d’intégrité.
  • un nettoyage régulier des zones sombres de notre être grâce à Ho’oponopono.
  • demeurer dans Aloha qui indique une vie basée sur le partage et l’amour au sens le plus large du terme.

Vous avouerez que cette pensée est magnifique et que si elle servait de modèle à toutes les relations humaines sur cette Terre, nous serions tous au Paradis ! Or, cet esprit n’est pas une utopie. Car il a prévalu dans la société polynésienne pendant des siècles avant de s’effacer avec l’arrivée des premiers européens.

J’ai découvert aussi là-bas les principes de la Huna, du Mana, du Pono, etc. J’ai compris aussi les erreurs que nous faisions dans l’interprétation et la pratique de Ho’oponopono, nous autres en Occident. J’ai eu aussi l’inspiration d’un nouvel Ho’oponopono que j’ai appelé tout simplement « Ho’oponopono Nouveau » qui permet d’aller plus vite, plus en profondeur dans la source de nos souffrances en les transmutant… et non plus en se contentant d’effacer les mémoires superficielles. Tout cela, je l’ai résumé dans mon livre « Ho’oponopono Nouveau » qui est sorti aux éditions Trédaniel.

Mais aussi lors de ces séjours, j’ai eu des expériences fabuleuses que j’aimerais partager avec vous.

Les chasseurs sous-marins

La première remonte à mon premier séjour polynésien, où je nageais avec mon masque et tuba parmi des milliers de poissons chamarrés aux formes incroyables. C’était merveilleux et je passais des heures dans l’eau, entouré de cette faune extraordinaire. Puis, de temps en temps, tous ces poissons disparaissaient comme par enchantement et je me retrouvais seul à nager. C’est alors qu’une ou deux minutes plus tard, arrivait un plongeur avec son fusil sous-marin qui était en train de chasser. Les poissons avait senti sa présence et avaient très bien fait la différence entre ma présence amicale avec eux et l’arrivée de ce prédateur humain. Encore une preuve que notre pensée et sa nature sont parfaitement perçues par le monde animal (et l’univers en général) qui modifie aussitôt son comportement en conséquence. Car les poissons réapparaissaient progressivement une fois que le plongeur se fut éloigné.

Une danse avec les dauphins

A Hawaï, je suis parti avec un petit groupe de personnes voir les dauphins sauvages. Nous avons eu la chance de rencontrer tout un ban et avons plongé auprès d’eux. La plupart des membres du groupe nagèrent en poursuivant les dauphins dans le but de les approcher, voire de les toucher. Je me refusais à ce genre de pratique demeurant à l’écart en me contentant d’observer les quelques dauphins qui passaient auprès de moi. Puis pour une raison inexpliquée, tout le groupe remonta sur le bateau et je demeurai seul. Je demandai alors à mes Guides de rencontrer les dauphins. Je n’eus pas longtemps à attendre. Car tous les dauphins vinrent vers moi et nagèrent en faisant un cercle tout autour de moi. Ils n’étaient qu’à un ou deux mètres et il y en avait une bonne centaine. Je ne ressentis pas la moindre peur malgré le fait qu’il s’agissait d’animaux « sauvages » qui étaient en grand nombre et m’entouraient de toutes parts. Tout au contraire, un calme et une grande paix m’envahirent. Je les remerciai et leur envoyai tout mon amour, ce qu’ils me rendirent au centuple. Ce fut un des moments les plus magiques de ma vie. Je ne sais combien il dura, probablement plusieurs minutes. Car le temps semblait s’arrêter. Je compris alors combien ces êtres étaient évolués sur le plan spirituel dans un sens qui nous échappait totalement. Et lorsque j’entendis, une fois remonté sur le bateau, certaines personnes parler des dauphins comme étant des « poissons », j’en fus très choqué. Car leur rencontre m’avait appris qu’ils étaient des êtres évolués et dignes de notre plus grand respect. Le monde animal a tant à nous apprendre !

Vaincre sa peur avec les requins

Lors d’une autre journée en mer – cette fois-ci en Polynésie – le marin qui nous emmenait nous dit qu’il allait nous conduire dans un « aquarium » pour que nous y plongions. Ce terme signifiant généralement qu’il nous dirigeait vers un lieu où se trouvait une multitude de poissons multicolores. Mais là, une surprise nous attendait. Car cet aquarium était en fait plein de… requins à pointe noire. Une race normalement peu agressive mais que notre marin nourrissait tout de même avec des restes de viandes et de poissons afin de les attirer auprès de nous ! Ici, l’expérience fut toute autre. Entourés de ces requins, je ne ressentis pas la paix qu’avait vécue avec les dauphins. Ces êtres semblaient surtout préoccupés de leur besoins primaires comme se nourrir… mais sans agressivité à notre égard. Pour ma part, il a fallu tout de même que je gère mes sentiments instinctifs de peur afin de me mettre à l’eau et vivre cette nouvelle expérience dans sa plénitude. Cela me permit de faire sauter quelques croyances limitantes et de développer ma confiance en la vie et aussi en mes Guides qui veillent sans cesse sur moi.

L’océan Pacifique est ainsi ma deuxième maison. Pour écrire mon prochain ouvrage « Connectez-vous au pouvoir infini de l’univers » qui va sortir en novembre prochain, je passais plus d’un mois en Polynésie. Après mes journées d’écriture, mon moment de détente consistait à plonger dans cette mer merveilleuse pour rencontrer les êtres qui y vivent… tout en admirant d’extraordinaires couchers de soleil. J’ai conscience de la chance que j’ai eu à réaliser cela. Aussi je tiens maintenant à transmettre mes expériences et mes évolutions à ceux qui ne l’ont pas.

« L’age d’or, était l’age où l’or ne régnait pas » Lezay-Marmesia

La respiration « Ha »

Pour les Polynésiens, le Ha correspond à l’énergie divine qui apporte le souffle de vie à toute la création. Il coule en permanence dans l’univers et permet la réalisation de nos pensées.

Entré dans le corps, il se transforme en Mana, la force vitale qui va nourrir tous les tissus et tous les organes de notre corps en passant par  les fils Aka qui ne sont pas sans rappeler les méridiens chinois et les nadis de l‘Ayurveda. Pour les Polynésiens avoir un grand Mana apporterait l’invincibilité. Il convient donc de le cultiver et de l’entretenir.

La respiration « Ha » se réalise en quatre temps et permet à la fois la captation des énergies et le nettoyage du corps de toutes ses impuretés.

  • Inspiration par le nez en visualisant l’entrée de l’énergie, de la force, de la beauté et du positif.
  • Blocage de la respiration pendant 3 – 4 secondes.
  • Expiration lente par la bouche en faisant le son « Ha » pour nettoyer le corps des impuretés physiques, énergétiques et psychiques qui s’y trouvent.
  • Blocage de la respiration pendant 3 – 4 secondes en se connectant à son être intérieur.

Le monde du spirituel

« Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer ». Voltaire

Dieu existe

L’existence de Dieu a toujours été du domaine des croyances. Mais cela n’est plus le cas aujourd’hui.

Dieu existe et peu importe le nom que vous préférez lui donner : Grand Architecte, ADN cosmique, Être suprême, Krisna, Allah, Seigneur… cela n’a pas d’importance parce que nous parlons tous du même Être. De plus, donner un nom à Dieu est très réducteur et incorrect face à cette Entité hors du commun.

Des preuves

 L’affirmation que Dieu existe, est sans aucun doute gênante pour certains, pourtant elle est d’une logique implacable. Comment expliquer autrement toutes ces coïncidences extraordinaires (voire ces impossibilités) qui ont amené la vie dans cet univers et ensuite sur la Terre. Ainsi, la présence de Dieu est déjà du simple bon sens, car comme le disait Voltaire : « « L’Univers, à vrai dire, m’embarrasse ! Il se meut semblablement à la pendule et à ses aiguilles !  Je ne puis donc songer que cette horloge existe, et qu’elle n’ait point d’horloger! »  

Mais aussi, aujourd’hui de nombreuses personnes ont eu des Expériences de Mort Imminente (EMI), des sorties hors du corps voire des ouvertures de conscience qui leur ont permis d’appréhender l’univers dans une plus grande globalité. Beaucoup ont vécu cette sensation unique de la présence d’un Être supérieur qui serait à la fois à l’origine de notre univers mais aussi qui l’animerait de manière incessante.

La physique quantique

Enfin, la physique quantique a mis en évidence l’existence de Dieu, pour ne pas dire démontré de manière implicite à travers les résultats qu’elle a obtenus depuis un siècle. Il faut comprendre que les physiciens n’extrapolent pas le résultat de leurs recherches sur le sens de la vie ou sur l’existence de Dieu, de peur de perdre de leur crédibilité et donc le financement de leurs recherches. Seuls, ceux qui sont suffisamment connus pour ne plus craindre ce genre de menace comme Albert Einstein, Stephen Hawking ou Hubert Reeves, se permettent de dire ouvertement ce qu’ils pensent sur le sujet. José Rodrigues Dos Santos dans son roman « La formule de Dieu » (éditions HC) a fait d’ailleurs un travail remarquable en mettant bout à bout les différentes découvertes quantiques pour en arriver à la preuve de Dieu…

Pourquoi Dieu nous a créé ?

Ensuite, nous pouvons nous poser la question de savoir, pourquoi Il a créé ce monde et aussi pourquoi il nous a créé ? Il est évident qu’il n’est guère envisageable à nos petits cerveaux limités d’entrer dans les pensées de Dieu. Cependant, une hypothèse que je trouve intéressante consiste à dire que par cette création, Dieu expérimenterait ce qu’il est lui-même. Par cette recherche extérieure, il découvrirait son intérieur… ce qui est la même chose ! Nous serions ainsi des explorateurs de Dieu ! Ainsi, découvrant dans cette vie terrestre ce que nous, émanation de Dieu, nous sommes, nous permettrions à Dieu de découvrir (à notre petit niveau) ce qu’il est !

Rencontrer Dieu

Pendant longtemps il était nécessaire de passer par le prisme des religions pour entrer en contact avec Dieu. C’est toujours possible aujourd’hui évidemment. D’ailleurs, le mot « religion » vient du latin « religare » qui signifie « relier » c’est-à-dire relier les hommes à Dieu. Mais avec la montée actuelle du niveau vibratoire terrestre, les esprits humains se réveillent. Et nous pouvons désormais entrer directement en contact avec le Divin, à tout instant par la pensée ou par la prière (une prière que nous avons nous-même créée)… et écouter ce qu’il a à nous dire. Ses messages peuvent aussi nous venir sous forme d’inspirations, d’intuitions, de ressentis ou d’images. Quoiqu’il en soit, nous sentons son énergie magnifique à la fois puissante, aimante et douce, nous envahir. Mais c’est sans doute son accueil inconditionnel, sans attente ni jugement à notre égard, qui est le plus magique. Que du bonheur ! Essayez, vous ne serez pas déçu.

« Tout ce qui monte converge ». Teilhard de Chardin

Larch et la confiance en soi

Nombreux sont ceux, qui même sans s’en rendre compte, manquent de confiance en eux.  C’est l’un des premier blocage, qui empêche de retrouver notre être profond et véritable. Il est bien entendu normal, de douter certaines fois, selon la situation. C’est plutôt légitime de s’interroger et de se remettre parfois en question. Le problème survient, si le doute est constamment présent. Il peut être l’élément perturbateur qui empêche de passer à l’action, et engendre un manque total de confiance en soi, un complexe d’infériorité ou encore une anticipation de l’échec permanente. C’est ainsi que nous perdons pieds et créons la désharmonie. Le Docteur  Edouard Bach disait ceci :  « Tant que le corps, l’âme et l’esprit sont en harmonie, rien ne peut nous arriver»

Vous posez-vous l’une de ces questions :

  • Est-ce que je prends facilement la parole sans avoir peur de me tromper ?
  • Est-ce que je suis capable d’accomplir telle ou telle chose ?
  • Comment les autres vont-ils me percevoir si j’interviens ?
  • Est ce que je vais être à la hauteur face à cette personne ?
  • Avez-vous l’impression que les autres font toujours mieux que vous ?
  • Avez-vous tendance à vous dévaloriser ?
  • Êtes-vous toujours à anticiper l’échec ?
  • Préférez vous fuir plutôt que d’aller à l’échec ?

Toutes ces questions doivent vous alerter. Ces aspects négatifs, d’être convaincu de votre incapacité à faire quoi que ce soit de votre vie, d’être toujours dans la comparaison, engendrent une attitude de mal-être. Cette émotion de manque de confiance en soi, provoque le stress, l’inquiétude, l’anxiété et le manque de discernement. Il n’est plus à rappeler que le corps tout entier (psychique et physique), souffre et subit cet état de mal-être. De nombreux maux tels que les problèmes de peau (eczéma par exemple), l’onychophagie (ronger ses ongles), la prise de poids, en passant par d’autres troubles bien plus importants, en sont les preuves physiques.

Les erreurs à ne pas commettre sont :

  • La comparaison avec les expériences négatives du passé.
  • Ne pas se laisser guider avec confiance, en son Moi intérieur ou supérieur.
  • Ne pas accepter de faire des erreurs.

Subir un échec, ou être dans la réussite sont, toutes deux, des expériences importantes, l’une comme l’autre.

LARCH est la quintessence florale du Dr Bach que vous devez prendre. Elle stimule la force du Moi, et travaillera sur votre manque de confiance en vous et vos complexes d’infériorité. Le Dr Bach disait : « Si tu as froid, il faut enfiler un vêtement chaud ; Si tu as faim, il faut manger quelque chose ;  et si tu te réveilles un matin et que tu n’as plus confiance en toi, il faut prendre quelques gouttes de LARCH ».

Je vous donne un exemple : vous avez un rendez-vous important et c’est la panique ! Voici les quintessences florales qui peuvent vous aider et que vous pouvez prendre quelques jours avant :

  • LARCH pour la confiance en vous.
  • MIMULUS pour contrôler des peurs bien précises.
  • CENTAURY pour rester vous-même sans craindre votre interlocuteur, elle vous donnera la volonté de…

C’est l’une des synergies qui vous aidera à rester dans le contrôle et de ne pas vous dévaloriser. Autrement n’oubliez pas que Rescue Remedy peut être pris à tout moment même juste avant votre entretien !

Il existe plusieurs manières de prendre les fleurs de Bach. Mais comme les conseils de cet article sont très ciblés et ne concernent pas une thérapeutique à long terme, la posologie peut être la suivante :

Préparez une petite bouteille d’eau minérale (50ml maxi) et mettez 2 gouttes de l’élixir (ou de chaque élixir). Ensuite, buvez le contenu par petites gorgées toute au long de la journée. L’idéal étant le matin en se levant pour la première prise et le soir au coucher pour la dernière. Cette bouteille peut être utilisée sur deux jours.

Par ailleurs, vous pouvez utiliser le Rescue, directement dans la bouche en cas d’urgence, ou bien dans un verre  avec un peu d’eau à raison de 2 à 3 gouttes, à boire par petites gorgées.

Je rappelle toutefois qu’il ne s’agit pas d’une thérapeutique à long terme, mais d’un dépannage bien utile… De plus, le manque de confiance en soi peut découler d’autres émotions et donc une séance chez le thérapeute vous sera favorable.

Dans bien d’autres cas, LARCH  est recommandé. Comme, pour les enfants en manque de confiance en eux, qui doutent toujours de leurs capacités, et perdent tous leurs moyens devant le professeur. LARCH associé à MIMULUS aideront les plus timides à s’exprimer, devant les autres élèves de la classe. LARCH, interviendra pendant une période de manque de confiance en soi, face au regard des autres. En cas de handicap physique par exemple, ou de prise de poids. Retenez que la comparaison excessive des autres dévoile un manque de confiance en soi.

Avec la prise de LARCH, les déblocages se feront ressentir en douceur. Il est intéressant de se faire une petite liste avant LARCH, de tout ce que vous n’osez pas faire, et au fur et à mesure du temps, de vous rendre compte de ce que vous osez depuis la prise de cette quintessence de fleurs.

Pour vous aider, répétez chaque jour, devant votre miroir si cela est possible pour vous, ces quelques mots : «  Je suis, je peux, je veux, et je réussis ! »

Plusieurs synergies de fleurs avec LARCH, font un remarquable travail, de bien-être et de retrouvailles avec son Moi intérieur. L’énergie de LARCH, aide à débloquer les idées que la personne se fait d’elle-même. LARCH, peut être pris pour une situation passagère de la confiance en soi, mais aussi pour le long terme, sur des situations qui perdurent. Sentiment d’échec, transmuté vers la reconnexion  de son être et l’épanouissement. Cette quintessence apporte une belle énergie de rétablissement et de pardon !

 

[1] http://www.pnas.org/content/early/2016/08/16/1611826113

[2] http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/20160817.OBS6397/video-il-oublie-son-alzheimer-lorsque-son-fils-le-fait-chanter.html



0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *