NEWSLETTER N°1 – FEVRIER 2016

Editorial

Cela fait des mois que je rêve de réaliser une newsletter qui parlerait d’autres choses que des sujets habituels mais surtout qui présenteraient des points de vue différents sur le monde où nous vivons, sur les découvertes actuelles, sur l’univers invisible et sur le sens de la vie.

Sans doute que le temps n’était pas encore venu… mais aujourd’hui, je me sens prêt à réaliser cette newsletter. Aussi je vous propose de vous adresser gratuitement tous les mois cette newsletter d’un genre nouveau.

Chaque newsletter comportera trois parties distinctes qui représentent la constitution de l’univers :

  • Le monde du visible que nous côtoyons tous les jours. Nous y parlerons des actualités et aussi des nombreuses découvertes qui sont réalisées aujourd’hui ainsi que les actions qui sont menées un peu partout dans le monde.
  • Le monde de l’invisible qui est autour de nous et qui correspond au monde de l’énergie, au monde des esprits et à l’univers décrit par la physique quantique.
  • Le monde du spirituel qui nous conduit à la recherche du sens la Vie, de la vie après la vie, de la réincarnation, de l’ordre de l’univers et aussi du Divin.

Cette newsletter ne prétend pas vous apporter des réponses, mais plutôt vous donnera mon opinion et mes points de vue que j’ai élaborés au fil de mes lectures, de mes rencontres et de mes expériences. Je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit, mais j’espère simplement que cette newsletter vous permettra de faire avancer vos propres pensées. Car il me semble que l’essentiel est que vous vous fassiez votre propre opinion. Pour cela, décortiquez ces articles.  Commencez par les lire avec votre cœur. Puis passez-les au crible de votre raison. Ensuite expérimentez-les. Et si ces idées vous conviennent, alors adoptez-les dans votre vie.

Le monde du visible

« L’homme doit harmoniser l’esprit et le corps » Hippocrate

Notre système de santé

Depuis des décennies, nous entendons parler des profits mirifiques des laboratoires pharmaceutiques, de la non-reconnaissance des médecines naturelles, du déficit de la sécurité sociale, des conventions médicales, etc. Mais pourquoi ces questions demeurent-elle perpétuellement sans solution ?  Cela viendrait-il de l’incompétence des gouvernements et des gestionnaires de l’assurance maladie comme l’affirment certains.

Mais je pense qu’il n’en est rien. Bien au contraire. Car, les labos, la sécu comme les gouvernements (de droite comme de gauche) suivent une logique qui n’a rien à voir avec les intérêts des citoyens… Il s’agit d’une logique financière qui fait tourner à plein régime le système économique mondial pour assurer un profit maximum. Ainsi un article paru dans le Quotidien du Médecin le 08 février 2016 donnait comme titre «  La vaccination pourrait doper de 153.000 milliards l’économie mondiale ».  Oui, vous avez bien lu : 153.000 milliards !

Mais tout cela, nous n’osons pas le voir, nous n’osons pas y croire, préférant imaginer un monde utopique (mais rassurant) où les gouvernements, les laboratoires et la sécurité sociale œuvreraient tous de concert pour notre bonheur, notre santé et notre bien-être.

Or contrairement à ce beau rêve, toutes ces entreprises ne cherchent que le profit et à faire tourner le système. Car c’est ainsi que marche le système économique mondial d’aujourd’hui. Dans ce processus, une personne en bonne santé n’intéresse personne. Mais si elle tombe malade, alors tout le système se met en route… cela fait tourner la machine à billet et le profit est à la clé. Si vous tombez malade, vous croyez (et « on » vous fait croire) que vous coûtez cher aux assurances maladies… alors qu’au contraire, vous faites travailler les médecins, les pharmaciens et tout le personnel soignant, les hôpitaux, les laboratoires pharmaceutiques et même la sécu… Votre maladie va nourrir le système et va développer des profits dans de nombreux secteurs économiques. Car réfléchissez, s’il n’y avait plus de maladies, il n’y aurait plus de malades et tout ce joli monde se retrouverait au chômage ! Le système a besoin que vous soyez malade pour fonctionner. Triste mais réel !

C’est pourquoi aussi les laboratoires n’effectuent des recherches sur une vitamine ou une plante que s’il y a une possibilité de breveter leur découverte et donc de réaliser ultérieurement des bénéfices…

Mais si je vous dis tout cela, ce n’est pas pour vous affliger, mais au contraire c’est :

  1. Pour que vous compreniez le fonctionnement du système dans lequel vous évoluez. Or, comme vous ne pourrez jamais apprendre à un chat à voler, n’attendez pas non plus que les décisions prises par les laboratoires, la Sécu ou les gouvernements soient motivées par l’intérêt des citoyens… Tout est basé sur le profit et rien d’autre. Même les actions philanthropiques ne sont que poudre aux yeux pour vous donner le change pendant que la planche à billets tourne par derrière.
  2. Pour que vous arrêtiez de vous rebeller contre ce système implacable. Car cela vous use sans donner aucun résultat. Par contre, arrêtez aussi de croire aux beaux discours qui vous endorment. Ce ne sont que des miroirs aux alouettes qui vous montrent des buts nobles et altruistes alors que la motivation véritable est la recherche de la puissance et du profit.

Alors me direz-vous, il faut croiser les bras sans rien faire ? Cela je ne l’ai jamais dit et cela n’a jamais été dans ma façon de voir les choses. Mais je crois que l’énergie que vous économiserait en ne vous rebellant plus contre un système puissant et bien huilé, pourra être utilisée à meilleur escient pour le changer, le transformer, le faire évoluer de l’intérieur, comme par exemple :

  • Montrer aux gouvernements que le développement des plantes médicinales françaises (ou de telle ou telle médecine naturelle) permettrait de créer un secteur lucratif et ainsi de rapporter beaucoup d’argent et aussi certainement des électeurs… C’est-à-dire que dans la discussion avec un gouvernement (ou tout élément du système), il faut entrer dans son argumentation qui n’est pas forcément la vôtre ! Ce n’est pas de la manipulation. C’est simplement de la communication comme l’enseigne la PNL[1]. Ils désirent des bénéfices ? Alors expliquez-leur et démontrez-leur que le développement des médecines naturelles peut leur apporter de gros bénéfices. A ce moment-là vous éveillerez leur attention. Mais si au contraire vous tentez de leur expliquer que ces médecines naturelles pourraient faire diminuer le déficit de la sécu, ou guérir telle ou telle maladie, sachez que vous n’aurez aucun écho de leur part… Car celui-ci est voulu et entretenu par le système.
  • Faire Ho’oponopono sur ce système qui ne permet pas l’harmonie de votre être. Il faut que vous compreniez et que vous admettiez que ce sont des mémoires erronées présentes en vous, qui ont amené ces situations dans votre vie. Ho’oponopono permettra de les effacer… ensuite ce qu’il adviendra, nul ne le sait. Mais une seule chose est sûre, c’est que ce sera mieux.
  • Envoyer de l’amour à tous les dirigeants (labos, sécu, gouvernements) afin de faire monter leur niveau vibratoire. Cette élévation les portera ipso facto, vers des pensées altruistes et bienveillantes pour l’ensemble des citoyens. Nous y reviendrons dans une prochaine newsletter.

Car comme le disait Einstein, un problème ne se résout jamais au même niveau qui l’a engendré. Il sera résolu à partir de niveaux supérieurs. Donc prenez de la distance avec ces problèmes matériels et vivez dans l’amour. Vous verrez que vous vous sentirez mieux  et que beaucoup de choses changeront dans votre vie et aussi dans votre monde !

La fibromyalgie

J’ai lu récemment un article dans un journal gratuit indiquant qu’il n’y avait aucun traitement dans la fibromyalgie ! J’ai été outré par ces dires péremptoires qui donnaient ainsi un pronostic terrible aux personnes malades.

Il est vrai que la médecine conventionnelle n’a pas de traitement véritable à proposer. Mais il y a quelques années, j’ai écris un livre (« La fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique » aux éditions du Dauphin) où j’indique de nombreuses solutions naturelles pour sortir de la fibromyalgie. A la suite de sa parution, une présidente d’association de malades fibromyalgiques, m’a même dit qu’il y avait trop de solutions, qu’elle s’y perdait et elle n’a pas donné suite… un comble !

En effet, il y a de nombreuses solutions proposées dans ce livre. Ceci est du au fait que le traitement doit se faire individuellement « à la carte » selon le terrain, le facteur déclenchant et les symptômes présentés par la personne malade. Il n’est pas possible de définir un traitement standard pour tous comme le fait la médecine conventionnelle avec toutes les maladies… Chacun est unique.

Mais je le dis haut et fort : la fibromyalgie peut se guérir et de nombreuses solutions existent. Merci de passer ce message d’espoir aux deux millions de personnes atteintes de cette maladie en France.

« La santé est notre héritage, notre droit. C’est l’union absolue et parfaite entre l’âme, l’esprit et le corps. Il ne s’agit pas d’un idéal éloigné et difficile à atteindre mais d’un idéal si simple et si naturel qu’il échappe à beaucoup d’entre nous ». Dr Edward Bach

Les cellules souches

 La recherche médicale avance à grands pas. Aujourd’hui à partir de cellules souches, il est devenu possible de réaliser des tissus voire des organes qui pourront être utilisés pour des greffes. Comme le receveur sera aussi le donneur, il n’y aura plus de risque de rejet. Il n’y aura plus non plus de passage d’informations du donneur au receveur, comme certaines personnes greffées l’ont signalé. En effet, à la suite de leur greffe, certaines personnes ressentaient des émotions, des attirances ou des aspirations différentes qui appartenaient au donneur. L’organe greffé (du donneur) les avait transmises au receveur.

Mais aussi dans un proche avenir, avec cette même technique, il sera possible de créer artificiellement des steaks à partir de cellules souches. Les premiers résultats sont prometteurs. Si cela se développe, cela pourrait être une solution pour éviter l’abattage – souvent réalisé dans des conditions inhumaines – de tous ces animaux dans les abattoirs. Savez-vous que la plupart de ces bêtes sont tellement angoissées lors de leur abattage, que leurs surrénales sont complètement rongées par une hypersécrétion hormonale  liée au stress ?  Ensuite, ces hormones se retrouvent dans la viande consommée…

Traitement des verrues

 Beaucoup de personnes m’interrogent sur le traitement des verrues. Alors voici un protocole que j’ai élaboré dans mon cabinet médical lorsque j’exerçais. Je me rappelle ainsi ce monsieur qui avait une cinquantaine de verrues sur chaque pied et qui voyait d’un très mauvais œil le fait de les détruire par cryothérapie (très basse température) comme lui avait proposé son dermatologue. Or, au bout de 4 mois du traitement ci-dessous, toutes les verrues sont tombées d’elles-mêmes.

Les verrues touchent environ 10 % de la population et se rencontrent surtout chez les enfants. Leur origine est virale : le papillomavirus. C’est pourquoi elles sont contagieuses et se disséminent sur le corps des personnes infectées.

Mais comme toujours, le terrain est tout et le germe n’est rien. Si vous en voulez une preuve, il suffit de vous rappeler que ces virus sont fréquemment présents dans les flaques d’eau autour des piscines ou des plans d’eau. Lorsque les enfants marchent dans ces flaques, ils attrapent les virus et développent des verrues. Mais vous vous avez sans doute remarqué que tous les enfants d’une même classe qui marchent dans les mêmes flaques d’eau ne vont pas tous développer des verrues. La raison en est que le virus ne se développe que sur des terrains favorables (terrain Thuya en homéopathie). Le traitement va donc consister à traiter le terrain afin de le changer pour que les verrues tombent d’elles-mêmes et ne reviennent plus. Il s’agit d’un traitement au long cours : entre 2 et 4 mois en moyenne.

Il consiste en :

  1. Préparation : staphysagria

antimonium crudum

thuya occidentalis                aâ  4CH

dulcamara

nitricum acidum

silicea

20 gouttes matin et soir avant les repas.

à défaut, prendre : Thuya complexe n°37 de Lehning (même posologie)

 

  1. Le dimanche prendre en alternance 1 dose :

de Thuya 9CH ou de Medorrhinum 9CH

 

  1. Si besoin, il est possible d’ajouter :

– du magnésium : D-Stress® : 2 comprimés matin et soir pendant 1 mois.

Car le magnésium est souvent carencé en cas de verrue.

– des Oligosol® de Cuivre-or-argent : 1 dose x 3 fois par semaine.

Pour lutter contre l’infection virale.

 

  1. Localement, sur les verrues, il est possible de mettre tous les jours du Thuya TM ou de la chélidoine.

Le monde de l’invisible

« On ne peut rien enseigner à un homme. On peut seulement l’aider à trouver la réponse à l’intérieur de lui-même ». Galileo Galilei

De grands changements planétaires

Nous oublions trop souvent que nous vivons sur une planète, la Terre, qui se déplace dans le système solaire – passant ainsi auprès de divers planètes qui nous influencent – mais aussi dans la galaxie, la voie lactée – traversant des zones plus ou moins actives énergétiquement qui auront aussi des répercussions sur nos constitutions.

L’âge des lumières    

Ainsi, la précession des équinoxes correspond aux changements de direction dans l’axe de rotation de la Terre dans son mouvement au sein notre galaxie. Le cycle total s’effectue en 25.920 ans soit 12 périodes de 2.160 ans qui correspondent aux 12 signes du zodiac. Actuellement nous nous trouvons à la fin de ce cycle, ce qui va conduire l’humanité dans l’ère du verseau.  Or, toutes les légendes font état que ce passage sera très profitable pour les êtres humains. Car l’ère du verseau nous fera sortir de l’âge sombre des ténèbres pour nous mener vers  la lumière et le développement de notre conscience.

Une explosion de la fréquence terrestre

Par ailleurs, atuellement le champ magnétique de la Terre diminue, ce qui fragilise la protection de la planète face aux énergies présentes dans le secteur de l’espace que le système solaire est en train de traverser. Or, celles-ci seraient très puissantes et feraient monter le niveau vibratoire de la Terre. Malheureusement, nous n’avons pas d’appareil scientifique capable de mesurer ces fréquences. Celles-ci ne sont mesurables qu’empiriquement par la radiesthésie, l’antenne de Lécher, la kinésiologie ou le test énergétique.

Pour vous donner une idée de la situation, il faut revenir en arrière. Dans les années 50/60, le niveau vibratoire de la terre était alors relativement stable, ne progressant que très lentement au fil des millénaires. Puis brusquement à partir des années 80, il s’est mis à s’élever de plus en plus vite… presque exponentiellement. Cela donne des chiffres de cet ordre :

  • 1950 – 1960  6 500 UB
  • 1980  8 000 UB
  • 2014  13 000 UB
  • aujourd’hui :              13 800 UB

Le niveau vibratoire en 2014

En 2014, nous étions un groupe d’une vingtaine de personnes travaillant dans l’énergie et nous avons établi ce jour-là le niveau vibratoire de la Terre . Pour réaliser cela, chacun se servit des outils qu’il utilisait dans son domaine professionnel (kinésiologie, pendule, antenne, test..). Le résultat est que tout le monde a trouvé à peu près le même résultat, c’est-à-dire une valeur comprise entre 12 et 14.000 UB, ce qui nous donne une moyenne à 13.000 UB. Il est bien sûr évident que ce résultat ne constitue pas une preuve au sens scientifique. Car la méthodologie employée est loin de répondre aux critères officiellement reconnus. Cependant pour ma part, je considère que cette synergie dans le résultat est tout de même un bon début de démonstration.

La demande à l’univers

 Je ne me souviens plus combien de fois j’ai entendu dans mon enfance mes parents et mes professeurs me dire : « Ce n’est pas bien de demander » ou encore « Ce n’est pas poli de demander ». Cette règle présentée comme faisant partie du savoir-vivre, a conditionné des générations de personnes. Nous avons appris à ne pas demander, nous contentant de ce qui arrivait en remerciant la vie pour les belles choses qui nous arrivaient et en tendant le dos pour les autres.

Cependant, dans toutes les religions du monde, il est dit, comme dans l’évangile de Mathieu : « Demandez et l’on vous donnera ; Cherchez et vous trouverez ; Frappez et on vous ouvrira » (Mathieu 7 :7) et plus loin : « Tout ce que vous demandez avec foi et par la prière, vous le recevrez » (Mathieu 21 :22). Ainsi, il est bien dit dans les textes religieux, qu’il fallait demander si nous voulions obtenir quelque chose.

La physique quantique a confirmé ce qu’avançaient les religions d’autrefois. Nous savons que par la loi d’attraction, nos pensées attirent vers nous des événements de même nature qu’elles. Or, la plupart du temps, ce sont nos pensées inconscientes qui dominent notre conscient et appellent à nous des situations pas toujours très agréables. Par exemple, si vos parents ou vos éducateurs vous ont répété dans l’enfance que vous étiez nul et que vous ne valiez rien… cette pensée a pu devenir chez vous une évidence ou une croyance si vous préférez. Si bien que vos pensées inconscientes baignent dans ce pessimisme et vous amènent des situations où vous êtes nul et ne valez rien !

Si par contre, vous demandez quelque chose de particulier à la vie, à l’univers, à Dieu – à qui vous croyez peu importe – vous êtes en train de mettre un « je veux » très significatif dans vos pensées. Et plus cette demande est claire et sans ambiguïté, plus la vie va l’entendre et y répondre. Car maintenant vous avez dit ce que vous vouliez. Par contre, lorsque vous ne dites rien, l’univers écoute vos pensées (surtout inconscientes) afin de vous envoyer des événements en adéquation avec elles.

La demande consciente est donc importante si vous désirez obtenir quelque chose dans n’importe quel domaine : « Je demande une place de parking » « Je demande à ce que tout se passe bien à mon rendez-vous » « Je demande à ne recevoir que des bonnes nouvelles dans ma boîte aux lettres aujourd’hui » « Je demande à rencontrer l’homme de ma vie » « Je demande à avoir de la réussite dans mon travail ». C’est ainsi que lorsque je sens les prémices d’un coup de froid m’arriver, « Je demande à ne pas tomber malade »… et je vous assure que cela fonctionne.

La demande est donc importante autant pour vous – pour bien fixer vos objectifs – que pour la loi d’attraction que vous mettez en branle. Et si vous voulez donner un maximum de chance à l’obtention de ce vœu, alors visualisez-vous avec ce que vous rêvez, voyez-le venir à vous comme s’il était déjà là !

Mais il peut arriver que – même si la demande est bien réalisée – la vie ne vous apporte pas ce que vous attendez. Pourquoi ? Il y a plusieurs réponses possibles :

  • Vous n’avez pas attendu assez longtemps la réponse de l’univers et vous avez fait une autre demande qui a annulé la première.
  • Vous avez émis des doutes quant à l’obtention sur la réponse de l’univers. Il convient alors que vous réitériez votre demande qui a été annulée par votre incrédulité.
  • L’univers, la vie, le Bon Dieu… va vous apporter encore quelque chose de mieux… donc patience et confiance !

Fais de ta vie un rêve.

Et d’un rêve une réalité.

Ho’oponopono pour les rêves 

Les conflits non résolus comme les souffrances persistantes sont envoyés dans l’inconscient pour soulager l’individu de leurs charges émotionnelles négatives. Mais ils sont toujours actifs. Simplement le fait de ne plus être présents dans la conscience permet à la personne de les oublier temporairement et de continuer sa vie sereinement.

Mais quelques années plus tard, ils vont ressortir sous forme de rêves ou de cauchemars. Ceci indique que la personne est prête à les solutionner. Il est temps pour elle de les faire ressortir de son inconscient pour les digérer et les faire disparaître une bonne fois pour toute.

Ho’oponopono est très utile dans ces situations. Il suffit de faire « désolé, pardon, merci, je t’aime » en toute conscience pour effacer la ou les mémoires (croyances) erronées qui est à l’origine de ces cauchemars. Il ne faudra pas oublier de renouveler cette opération plusieurs fois… jusqu’à avoir éliminé tous les programmes délétères.

« La vie c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre ». Albert Einstein

Le 100e singe

 En 1952, des scientifiques sont allés effectuer des recherches sur l’île de Koshima. Alors qu’ils mangeaient le midi, ils avaient pris l’habitude de donner des patates douces à manger aux singes qui venaient les voir. Pour ce faire, ils lançaient les patates sur le sol devant les macaques. Ces derniers les ramassaient et s’en nourrissaient. Mais les patates ayant roulé sur le sol étaient recouvertes de sables et de poussières ce qui les rendaient désagréables à manger.

C’est alors qu’une jeune femelle eut l’idée d’aller laver ces patates dans un ruisseau avant de les consommer. Sur son modèle, ses congénères se mirent aussi à laver leurs patates. Ensuite deux phénomènes incroyables se produisirent :

  1. Le nombre des singes laveurs augmenta peu à peu, jusqu’à ce qu’un centième singe (nombre complètement arbitraire) se mette lui aussi à nettoyer ses légumes avant de les consommer. C’est alors que tous les singes de la tribu commencèrent à suivre cet exemple.
  2. Mais aussi les singes vivant sur d’autres îles ainsi que sur le continent commencèrent eux aussi à laver leurs patates avant de les manger alors qu’ils n’avaient aucun contact avec les singes de l’île de Koshima.

Quelles sont les conclusions à tirer de cette histoire ? 

  • La première est qu’il suffit qu’une fraction de la population change de paradigme pour entrainer tout le monde. Il n’est pas utile qu’il y ait une majorité pour changer les choses.
  • Le changement peut se faire en douceur sans violence, ni guerre.
  • La pensée traverse les océans pour aller s’inscrire dans l’esprit des congénères et sans doute de tout l’environnement au sens large. Ainsi notre pensée ne reste pas enfermée dans notre crâne. Elle rayonne autour de nous et peut influencer les autres.
  • Signalons que dans cette histoire, ce fut une jeune femelle qui prit l’initiative d’explorer et d’amener de la nouveauté. La jeunesse avec ses remises en cause est la source de nombreux progrès parce qu’elle n’est pas arrêtée par les habitudes et les idées préconçues. Comme le disait très justement Max Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » !

Le monde du spirituel

« Les miracles ne sont pas en contradiction avec la nature, Ils sont en contradiction avec ce que nous savons d’elle » Saint Augustin

Religion et spiritualité

A l’origine les religions étaient destinées à mettre en relation (du latin « religare ») les êtres humains avec Dieu… Leur but était d’ouvrir l’esprit des hommes au Sacré. Elles étaient ainsi le trait d’union entre l’homme et le divin.

Puis, le temps apporta des dérives. Les religions s’octroyèrent tout d’abord le monopole de Dieu mais aussi des connaissances et du savoir qu’elles conservaient farouchement en secret  au sein de sociétés initiatiques. Ensuite, elles développèrent des lois, des règles et des dogmes – très humains – dictés généralement par les nécessités de l’époque plutôt que par l’intention d’élever les consciences. Quoiqu’il en soit, de dogme en dogme, de loi en loi, elles ont peu à peu enfermé  les individus dans des carcans de peurs et de culpabilité afin de mieux les contrôler et ainsi d’asseoir leur pouvoir temporel.

Le problème est qu’aujourd’hui ces dogmes – qui furent sans doute utiles aux impératifs d’une époque – sont toujours présents et faussent la vision divine des fidèles par des mystères insondables et incompréhensibles au commun des mortels. Ils sont comme des prismes ou des caléidoscopes qui troublent la vue du Divin. Tout ceci n’est pas une critique. Il s’agit simplement d’une observation historique. D’un autre point de vue, il était sans doute utile que ces « fidèles » en passent par ces croyances pour comprendre et évoluer. Tout est toujours bien et ordonné dans cet univers.

Dans ce tableau, un nouvel élément apparut. Durant ces deux dernières décennies, la conscience humaine a connu une progression extraordinaire. Ceci n’est pas encore visible dans les faits, compte tenu des peurs et des charges qu’imposent nos sociétés modernes, qui éloignent les individus de leur essence véritable… Mais cela viendra très vite. Ainsi l’esprit humain est en profonde mutation. La conscience humaine est en plein développement. Si bien qu’aujourd’hui il n’est plus nécessaire  de passer par les religions pour aller à la rencontre de Dieu. Il est possible de s’avancer seul face au Divin ce qui permet d’avoir une vision simple et claire car débarrassée des dogmes et des lois. C’est le chemin de la spiritualité.

Cependant, il faut comprendre que religion et spiritualité ne s’opposent pas. Ce sont simplement des chemins différents pour monter à la rencontre de Dieu. J’ai été trop longtemps dans les religions pour me permettre de critiquer ceux qui y sont. De plus dans toutes les religions, il existe des Êtres exceptionnels d’amour et d’intelligence. Mon propos était simplement de signaler pour ceux qui le désirent qu’ils peuvent aller à la rencontre du divin tout seul… en suivant simplement le chemin de leur cœur !

Les vertus de la prière

La prière (quelque soit la religion) est pour moi un instrument extraordinaire. Elle place l’humain loin au-dessus de la simple pensée positive. Car elle permet de se retrouver en contact avec des énergies bien supérieures à la conscience humaine. Ces énergies sont d’une douceur, d’une tendresse et d’un amour incommensurable. Ce sont véritablement les énergies de guérison de l’âme, de l’esprit et du corps, pour celles et ceux qui sont prêts à s’y baigner en abandonnant pour un temps leur ego et leurs préjugés. Donc que l’on soit malade ou en bonne santé, la prière apporte l’équilibre et l’harmonie au sein de sa vie.  Elle permet de s’élever au-dessus du matériel afin de mieux appréhender les situations, d’avoir une vision plus globale et surtout moins chargée en émotions. Les problèmes fondent, les solutions se font jour et le calme apparaît.

La prière réalisée en groupe (toutes religions confondues) est aussi très bénéfique pour les malades. J’ai ainsi eu la chance de rencontrer Maguy Lebrun qui a beaucoup œuvré pour la constitution de groupes de prière partout en France. J’ai participé à plusieurs séances ce qui a été pour moi une expérience inoubliable. Je me rappelle certaines séance où il y avait plus de 500 personnes qui s’étaient déplacées pour prier pour une dizaine de malades qui se présentaient successivement devant eux. Malgré le nombre, le silence était total. L’air était chargé de tellement d’énergies qu’il en devenait presque palpable. Tous les participants demeuraient concentrés, même les jeunes enfants qui accompagnaient souvent leurs parents. Les malades avaient du mal à contenir leurs émotions devant une telle attention à leur égard. Je ne peux pas dire qu’elles furent les résultats médicaux de ces groupes de prières, mais ce que je sais c’est que les personnes malades en ressortaient transformées. Elles avaient ressenties ces présences et tout cet amour qui leur étaient envoyés. Elles ne se sentaient plus seules… le miracle se lisait dans leurs yeux.

Aux Etats-Unis les vertus de la prière ont été étudiées par des chercheurs de la Faculté de Médecine de Harvard qui ont interrogé 2 055 personnes âgées de plus de 18 ans sur leur utilisation de la prière. Le résultat a montré qu’un tiers de ces personnes (35%) prie pour des raisons de santé et parmi elles, 75% prient pour mieux se porter, et 22%, pour la guérison de pathologies précises. Les personnes qui prient pour leur santé en parlent rarement à leur médecin[2].

« La prière accélère la guérison », telle est la conclusion de l’étude de l’Américan Médical Association effectuée sur 990 cardiaques à l’hôpital de Kansas City. La moitié de ces malades cardiaques avait été confiée à leur insu, aux prières de 75 personnes de diverses religions. Or, à l’issue de l’étude, il y a eu moins de complications dans ce groupe que dans le groupe témoin. Selon les chercheurs, cela ne peut être le fruit du hasard. Car celui-ci ne pouvait pas jouer sur plus d’une personne sur 25[3].

Pareillement, le Professeur Benson de l’université de Harvard estime que les patients qui répètent des prières, « sont capables de déclencher des changements de fonctionnement de leur organisme »[4]

La récitation de l’Ave Maria (Ave Maria, gratia plena, dimus tecum, benedicat tui mulieribus et benedictus fructus ventri tui Jesus) et d’un mantra bouddhiste (Om mani padme om) enoncé à haute voix ont produit, avec une égale efficacité, une amélioration du rythme cardiaque et de la tension artérielle. La fréquence respiratoire fut aussi ralentie et  régularisée, comme l’a démontré l’étude italienne du Dr Luciano Bernardi[5].

L’étude « Mantra » (Monitoring and Actualization of Noetic TRAining) effectuée par le cardiologue  Mitchell Krucoff en Caroline du Nord s’intéressa à 150 patients souffrant d’insuffisance coronarienne. Les patients ayant bénéficiées d’une assistance par la prière ont eu des complications réduites de 25 à 30%. Ils avaient bénéficiés des prières de diverses religions : catholique, moravienne, bouddhiste, juive, chrétienne fondamentaliste, baptiste. Ces résultats ont fait dire au psychiatre Harold G. Koenig que « certaines des plus grandes découvertes scientifiques sont venues de ceux qui faisaient un pas hors de la boîte et je crois que c’est ce que fait cette étude »[6].

Le Professeur Rogerio Lobo, chef de service du Service de Gynécologie et d’Obstétrique de la Colombi University (New York) s’est intéressé pour sa part, à l’action de la prière sur 199 femmes demeurant en Corée qui étaient en attente de fécondation in vitro (FIV). Pour cela, il a demandé à des personnes vivant aux Etats Unis, au Canada et en Australie de prier uniquement sur photographies, pour ces femmes qu’ils ne connaissaient pas. Le résultat fut flagrant : 50% de grossesses dans le groupe ayant bénéficié de prières contre 26% dans le groupe témoin[7], soit deux fois plus de FIV réussies.

Le Dr Elisabeth Targ de l’Institut de Recherche sur les Médecines Complémentaires, a suivi un groupe de 20 personnes malades du Sida qui ont bénéficié de prières à distance de chrétiens, de juifs, de bouddhistes, d’indous et de chamanes, qui avaient leur photo et ne connaissaient que leur nom. Ils ont été comparés à un groupe similaire de vingt personnes. Celui ayant bénéficié des prières a présenté au bout de six mois, moins de maladies opportunistes, moins besoin de consultations, moins de jours d’hospitalisation et une meilleure humeur[8] que le groupe témoin.

Un article du Dr Wolfrum de l’Hôpital Général de Hambourg, paru en février 2002 dans la « Lettre Circulaire » (n°51) intitulé : « Le fait d’aller toutes les semaines à l’Eglise, favorise-t-il la santé ? » est particulièrement intéressant : Des résultats d’études cliniques rétrospectives portant sur trois décennies, notamment aux USA, peuvent se résumer presque unanimement dans le titre d’un livre paru récemment : « la foi fait la santé » (Glaube macht gesund)[9]. Une autre publication  du Pr. Koenig, orientée vers les examens de laboratoire, donne une réponse également favorable à la prière.

De nombreuses autres études ont été réalisées notamment sur les cellules cancéreuses, les cellules sanguines, les bactéries, les plantes et les animaux. Elles ont toutes été positives pour la prière. C’est qui a conduit le Dr Larry Dossey[10] à dire que « le pouvoir de guérison à distance de la prière est démontré. Il ne peut plus être regardé comme une affaire de foi ». Car pour ce médecin, le plus étrange dans ces études ait qu’elles aient été réalisées en double aveugle, c’est-à-dire sans que les patients et le personnel soignant sachent qui étaient les bénéficiaires de ces prières.

Le Dr Dossey a ensuite recensé les études effectuées sur ce sujet. Sur une cinquantaine réalisées, toutes établissaient un lien entre guérison et prière que ce soit à travers l’accélération de la cicatrisation, la réduction d’une pression artérielle trop élevée ou encore le ralentissement de la prolifération de certaines cellules cancéreuses.

Nous savions déjà que la pensée positive et la visualisation étaient capables de produire des résultats très intéressants sur la santé des malades, mais la prière semble aller bien au-delà. Elle fait appel à ce qu’il y a de plus noble dans l’être humain et ainsi qu’à des forces qui le transcendent. Ensuite, les résultats des études sont là pour prouver leur bienfondé. Ils seront rassurants pour certains et dérangeants pour d’autres, ce qui n’empêche pas leur réalité. Car ces études en double aveugle, souvent à l’insu même des malades, ne peuvent aucunement être reléguées à un simple effet placebo.

Lorsque vous priez, vous pouvez utiliser des prières toutes faites – il en existe dans toutes les religions du monde – ou des prières de votre cru. Car comme le disait Mahatma Gandhi : « il vaut mieux mettre son cœur dans la prière sans trouver les paroles que de trouver des mots sans y mettre son cœur ».

La prière permet de vous concentrer sur le Sacré et aussi d’élever votre niveau vibratoire afin de pouvoir rencontrer le Divin. Ces prières sont semblables au numéro de téléphone que vous réalisez pour appeler un ami. Mais quand la communication est établie, vous cessez de taper sur les touches de votre clavier de téléphone. De la même manière lorsque vous avez la communication avec le Divin, arrêtez de répéter vos prières, écoutez plutôt ce qu’il a à vous dire… Vous verrez cela va illuminer vos journées.

 

« La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible. » Woody Allen

 

[1] PNL ou Programmation Neuro-Linguistique est un ensemble de techniques de développement personnel inventé aux Etats-Unis par John Grinder et richard Bandler dans les années 70, à partir des travaux de psychothérapeutes tels que Milton Erickson, Virginia Satir et Fritz Perls. La PNL est destinée à améliorer la communication entre individus et à aider chacun à dépasser ses difficultés. Elle est employée dans le cadre privé comme dans les entreprises.

[2] Quotidien du Médecin n°7528 du 27 avril 2004

[3] Vérité santé pratique n°57 du 22/04/2000

[4] Quotidien du médecin n°5749 décembre 1995

[5] Quotidien du Médecin n°7036 du 21 décembre 2001 – BMJ vol323,22-29 décembre 2001, 1446-1449

[6] Quotidien du médecin n°7001 du 02/11/01

[7] The Journal of Reproductive Medicine, 28 septembre 2001

[8] Quotidien du Médecin n°7596 du 23 septembre 2004

[9] D.A. Matthews : « glabe macht desund – Spiritualität und Medizin » (la foi fait la santé – spiritualité et médecine), Verlag Herder 2000.

[10] Livres : « La prière un remède pour le corps et l’esprit » Editions Le Jour.



0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *