Les vertiges

Les vertiges ont des origines variées. Il est important de la déterminer, car c’est elle qui oriente le traitement.

Les vertiges simples et isolés sont dus la plupart du temps, à une chute de tension artérielle, pouvant elle-même être consécutive à une déshydratation, à une fatigue, à une hypoglycémie (chute de sucre), aux changements de position (hypotension orthostatique), à un malaise vagal… Les vertiges indiquent alors la nécessité pour la personne, de lever le pied, de se reposer, de surveiller son alimentation, de faire un peu d’exercice, d’avoir une bonne oxygénation et bien sûr de boire de l’eau en quantité suffisante…

Les vertiges chroniques ou persistants constituent un problème différent. Les causes les plus fréquentes proviennent d’une circulation sanguine insuffisante, de problème de l’oreille interne (dont les infections de type otite), d’une origine centrale (cerveau et cervelet), d’une maladie de Ménière, de désordres digestifs, de troubles vertébraux cervicaux, de troubles visuels, d’intoxication (CO, alcool, tabac, drogue), de tumeurs (neurinome) et même de médicaments.

Ainsi en cas de vertiges persistants, une consultation chez un médecin de préférence ORL s’impose afin d’en déterminer rapidement l’origine.

En cas de vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB), une manœuvre simple (dite manœuvre libératoire de Sémont) de positionnement permet de solutionner immédiatement le problème…

Dans les autres situations, des examens complémentaires seront demandés : scanner, IRM, otoscopie, électronystagmogramme, potentiels auditifs évoqués, test de Fukuda…

Du côté des traitements, dans un premier temps il conviendra de supprimer tous les médicaments pouvant être causes de vertiges ou pouvant les aggraver : traitement hypotenseur, sédatifs… Ensuite, il faudra être très précautionneux lors des déplacements afin d’éviter les chutes : prendre le plus possible appui sur un meuble ou une rampe, toujours allumer la lumière, garder ses lunettes, supprimer les tapis, prendre sa douche en position assise, éviter les sols glissants, ne pas hésiter à utiliser une canne…`

Les traitements conventionnels sont centrés essentiellement sur les antivertigineux comme le Serc (Bétahistine), le Tanganil (Acétylleucine) ou le Agyrax (Méclozine) à raison de 3 à 6 comprimés par jour. Il est possible de commencer par des formes injectables pendant quelques jours pour une action plus rapide et continuer ensuite avec une forme orale une fois les vertiges amendés.

D’autres remèdes qui agissant sur la circulation ont aussi un intérêt important. Ce sont principalement le Trivastal, le Nootropyl et le Tanakan (Gingko Biloba) qui peuvent être pris seuls ou combinés aux précédents.

Pour la médecine chinoise, les vertiges sont liés au méridien vésicule biliaire… Ainsi, une alimentation légère pour le foie et la vésicule est-elle indiquée. Il convient surtout de limiter les graisses cuites, les charcuteries, l’alcool, les œufs, les sauces… Une bonne hydratation est aussi incontournable. L’acupuncture et l’auriculothérapie sont très efficaces dans cette pathologie, surtout en cas de vertiges d’apparition récente.

Par ailleurs, un bilan ostéopathique est toujours souhaitable afin d’éliminer un éventuel déplacement de vertèbres cervicales ou des os du crâne. Dans ce cas, leur replacement solutionnera les vertiges. De même, un bilan ophtalmique est toujours important à la recherche d’un défaut de convergence ou autre trouble de l’accommodation.

Les vitamines B (levure de bière), les acides gras oméga 3 et une détoxification de l’organisme (chlorella, ail, chardon Marie, aloé, sève de bouleau) peut apporter aussi des améliorations notables.

Enfin, l’homéopathie possède de nombreux remèdes adaptés à chaque situation. Conium, Rhus tox, Bryonia, Cocculus sont les remèdes les plus fréquemment utilisés.

Les plantes indiquées sont Alnus glutinosa et Viscum album en bourgeons macérat glycériné 1D (50 gouttes matin et soir dans un peu d’eau).

Quoi qu’il en soit, les vertiges surviennent généralement dans les périodes de fatigue et de surmenage. Ils signifient que l’on en a trop fait, que l’on a été au-delà de ces forces et qu’il convient de lever le pied et de se reposer.

Les interventions chirurgicales sont exceptionnelles et indiquées uniquement dans des cas particuliers comme les labyrinthites.

Enfin, les soins énergétiques, la méthode AORA et l’EFT peuvent également apporter des résultats intéressants.



0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *